logo Eriadilos

Nos dernières actus

nos dernières réalisations

ils parlent de nous

Eriadilos : une stéphanoise relance le troc pour une communication solidaire – IF Saint Etienne

article IF Saint Etienne 1

Après des années passées dans le secteur de la communication, Ninon Thomas a voulu être en accord avec ses valeurs. C’est pourquoi elle a créé Eriadilos, un collectif de freelances en communication, basé sur un concept innovant.

« Mon dernier poste a duré quatre ans et demi, dans une PME pour laquelle j’étais chargée de communication. J’ai eu un déclic car je me suis rendu compte que l’on était plus sur du marketing, en mode bullshit que sur de la communication, se souvient Ninon Thomas, fondatrice d’Eriadilos. J’ai compris que mentir quand je communique n’allait pas avec mes valeurs. » C’est pourquoi elle négocie une rupture conventionnelle juste avant le premier confinement, avec en parallèle le désir de revenir à l’entrepreneuriat.

 

Un déficit de communication dans les petites structures

« Je suis peut-être une idéaliste, mais je me demandais pourquoi il fallait toujours payer avec de l’argent ou ne traiter qu’avec des clients qui ont un gros budget. Car à mon sens, c’est lorsque l’on démarre son entreprise que la communication est le plus important. Quand je voyais des logos faits sur Paint, je me disais que certaines boîtes, à peine créées, se tiraient une balle dans le pied ». C’est ainsi que lui vient l’idée de remettre le troc au goût du jour. Un concept qui existe mais n’est jamais destiné aux petites structures. Basée à Grenoble, la Stéphanoise se renseigne alors sur les possibilités aux niveaux juridique et comptable. « Quand j’ai su que c’était possible, j’ai peaufinée cette partie et je me suis dit que mes seules compétences de chargée de communication et graphiste ne suffisaient pas ».

article IF Saint Etienne

Mutualiser les compétences

Elle crée donc un collectif, afin de pouvoir proposer des compétences en graphisme, gestion des réseaux sociaux ou encore en vidéo. « Cela permettait de mutualiser ces compétences tout en restant indépendants. J’ai contacté trois personnes pour leur faire part de mon idée et nous avons finalement commencé l’aventure à sept, fin mai 2021, pour être neuf aujourd’hui. » Le collectif fonctionne comme une entreprise de communication normale, à l’exception faite qu’une partie de la facture, aux alentours de 30 %, peut se régler par compensation. Par exemple, si un logo à hauteur de 1 000 euros est réalisé pour un menuisier, ce dernier aura la possibilité de régler 300 euros avec l’une de ses créations.

La possibilité est donnée à certains clients d’offrir une compensation sur une partie de la somme facturée.

Créer un cercle vertueux

« Nous avons aussi des charges à payer et un loyer, donc 30 % me paraissaient juste. On déclare bien sûr cette compensation et nous payons des impôts dessus, mais comme nous sommes freelances, nous en devenons pleinement propriétaires. Si nous n’avons pas la place pour une commode de menuisier par exemple, nous sommes libres de la vendre. C’est aussi un moyen pour nos clients de faire connaître leurs produits. » Ninon Thomas a réfléchi à de nombreuses éventualités. Dans le cas où un maraîcher lui donnerait pour 300 euros de tomates par exemple, elle pourra en faire dons aux Restos du cœur. « Cela va engager le client dans un cercle vertueux en faisant une bonne action. »

Rendre les professionnels accessibles

Si les entreprises n’ont aucune obligation de régler une partie via un système de compensation, des conditions générales strictes sont appliquées pour éviter que certaines structures ne profitent de ce fonctionnement. Eriadilos ne privilégie cette organisation que pour les associations, les petites entreprises et les nouvelles structures. Pour les autres, c’est un système de facturation classique qui s’appliquera. « L’idée est de rendre accessible de vrais professionnels de la communication à ces petites entreprises. Et l’avantage est que les membres du collectif sont basés partout en France et rayonnent sur tout le territoire. Grâce au Covid, nous savons travailler depuis n’importe où. »

Journaliste

   

ERIADILOS association loi 1901 © 2021 – Mentions légalesEspace partenairesEspace presse